Le printemps se termine après-demain et on peut déjà dire qu'il a été globalement pourri.
Aujourd'hui, 19 juin, il fait 11°c et il pleut.

Rien ne pousse vraiment dans le jardin. Tout stagne dans une torpeur glaciale et humide, prêt à démarrer aux première chaleurs.

Il est cependant des être vivants qui profitent de cette situation : les limaces. Cette année encore elles sont nombreuses, ne laissant aucune chance aux jeunes semis et aux plantes fraichement repiquées.

J'ai testé les méthode de lutte naturelles (cendres, coquilles d'oeufs, bière...), mais ces remèdes se sont montrés bien trop léger face à l'ampleur des attaques. Les limaces sont partout, par centaines, voir milliers, et j'ai constaté avec horreur qu'elles se déplacent aussi bien sur que dans le sol (merci le BRF!).

Elles se sont attaquées en force à mes oignons, mes salades, mes potimarrons, mes courgettes, mes tomates, mes poireaux.... bref, tout y est passé, avec des dégâts souvent létaux pour les plantes.

Aussi, à mon grand regret j'ai du épandre une grande quantité de granules ("utilisables en agriculture biologique" dit le sachet). L'attaque est ainsi contenue, mais seule un peu de chaleur permettra à mes plantes de pousser pour enfin échapper à l'ennemi. Sans cela, j'ai peur que tout soit perdu rapidement pour cette année.

Dans ces circonstance je repense à nos ancêtres, qui tirait leur subsistance de leur potagers et qui ne connaissaient ni les granulés, ni les rayons bien fournis de nos supermarchés. Ce qui est pour nous un simple désagrément, était parfois synonyme de mort pour eux. Hommage leur soit rendu.