Ça y est, le pâturage est labouré. Je prévoyais de récupérer une centaine de m2 sur le champs qui surplombe mon potager, mais la technologie en a décidé autrement. Le terrain étant sévèrement en pente, le paysans venu retourner la terre n'a pas osé s'aventurer bien haut. Là où un cheval tirant une charrue m'aurait sans doute retourné toute la surface, le tracteur moderne a du s'arrêter au bout de 4 sillons, sous peine de « culpesser » (se renverser en patois savoyard). Cela modère fortement mes prévisions et je suis un peu déçu, mais si on ajoute cette surface à mon potager actuel et aux petits espaces que j'ai aménagé ici et là, cela représente pratiquement 70m2 de surface d'étude.