En brassant hier le vieux tas de BRF commencé en novembre dernier, j'ai constaté deux phénomènes intéressants : Une partie du tas est envahie par du mycélium blanc qui forme de gros agrégats. Cela semble montrer que le long stockage au froid hivernal ne s'est pas accompagné de compostage intensif et n'a pas empêché la colonisation par le mycélium. C'est parfait, cela me permet de bénéficier de BRF «mure» pour le potager; La neige emprisonnée au cours des différentes chutes, entrecoupées de remises à niveau du tas, est restée intacte à l'intérieur. Le BRF semble donc être un excellent isolant thermique, ce qui n'est pas sans poser problème dans ma région où le sol tarde à se réchauffer au printemps. L'incorporation me semble donc indispensable pour contourner ce problème.