Zavajardin

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Vie du sol

La vie du sol, parce que c'est d'elle que tout part.

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, avril 27 2009

Trop sec, le BRF dort

Il fait sec, voir très sec, depuis la fonte des neiges. J'ai l'impression que cela bloque le processus de décomposition du BRF qui reste à l'état de copeaux bien propres. La pluie arrive cette semaine, j'espère que cela va réveiller les copains champignons sensés décomposer tout cela.

mardi, avril 7 2009

Le sol se réveille enfin !

Mes craintes d'avoir définitivement éloigné les vers de terre en mélangeant de la sauge à mon BRF sont éloignées. En plantant quelques vivaces je constate avec joie que le sol est gorgé de vers. Ils s'étaient sans doute enfouis profondément pendant l'hiver et son désormais remontés à la surface. Le sol s'anime doucement d'une vie riche et variée. Outre les micro-organismes invisibles qui sont sans doute présents en grande quantité, je constate la présence d'une grande variété d'insectes et d'arthropodes. Certains forts communs tels les fourmis, les gendarmes ou les araignées chasseuses (pardosa amentata), mais aussi des animaux que j'avais jusqu'à maintenant rarement l'occasion d'observer. Je trouve en particulier un grand nombre de gros acariens rouges prédateurs, c'est sans doute le signe d'une grande quantité de « gibier ». les hyphes fongiques (champignons) sont moins présents qu'aux premiers jours du dégel, mais le sol s'est considérablement asséché en surface. Ma butte de pur BRF ne se composte par rapidement, du moins pas assez à mon goût. Elle est cependant complètement colonisée par du mycélium blanc, mais le processus de décomposition semble long à se mettre en route.

dimanche, mars 15 2009

C'est en se trompant qu'on apprend

Ça pousse ! Premières fontes de neige, et première observations. Après plusieurs mois passés sous la neige, en particulier dans la rocaille, mais aussi autour de mes fruitiers, le BRF est déjà largement colonisé par le mycélium. C'est une bonne nouvelle, cela veut dire que le processus de colonisation est déjà bien entamé et que la faim d'azote (disparition temporaire de l'azote, qui est consommé par les champignons suite à l'installation du BRF) devrait rapidement se terminer. Je prévois quand même un épandage d'azote, surement sous forme d'orties broyées ou de fumier, juste avant les première plantations.

Première grosse erreur ! Les verres de terre semblent fortement apprécier le BRF. Il suffit de soulever un peu la surface pour les y voir en abondance. Mais bizarrement, à certains endroits (la rocaille, le pied de certains arbres...) ils sont pratiquement absents. J'ai trouvé l'explication dans le livre sur le BRF : les verres de terre détestent la sauge et, par malchance, lorsque j'ai épandu mon premier BRF à l'automne dernier, j'avais pris l'initiative d'y mélanger des déchets verts pour compenser la faim d'azote. Et bien entendu, le seul déchets vert dont je disposais à l'époque, c'était des coupes de buissons de sauge ! Les feuilles de sauge étant particulièrement coriaces, elles sont restées intact cet hiver, et encore aujourd'hui leurs fragments sont encore très parfumés. La meilleure solution me semble d'attendre que la sauge soit suffisamment décomposée pour ne plus repousser les verre de terre. En attendant je profite des bienfaits du BRF, mais sans un de leur principal acteur.