Zavajardin

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, mai 25 2009

Trois fois par jour



Depuis lundi, trois poulettes viennent d'intégrer notre foyer (enfin plus exactement le poulailler au fond de la cour).

Pour l'instant tout se passe plutôt bien, sauf que j'ai du mal, voir même beaucoup de mal, à trouver des aliments pour poules bio.

En attendant d'en trouver, et pour qu'elles ne meurent pas de faim, j'ai commandé 75kg d'aliments non bio.

Mon poulailler semble leur convenir, même si elles rechignent un peu plus chaque soir à y rentrer. Au début elles refusaient d'en sortir, mais maintenant elles semblent avoir pris goût à la liberté de leur enclos.

Au chapite des erreurs de conception, je me suis rendu compte que l'enclos, situé plein sud contre un mur, est pratiquement totalement dépourvu d'ombre. Pour préserver ces pauvres bêtes de la ccanicule de ces derniers jours, je leur ai installé un parasol, mais il faut absolument que je trouve une solution plus durable... et esthétique.

Les enfants sont ravis, ils passent leur temps dans l'enclos à les caresser/nourrir/regarder vivre. Tant qu'ils n'attrapent pas la grippe aviaire et ne ramènent pas trop de crottes collées sous les chaussures je laisse faire (c'est hallucinant comme ça crotte tout le temps un poule !).

Pas bête, il y en a déjà une qui a compris que même les poules peuvent voler. Elle s'est donc fait deux fois la belle par dessus le grillage (1m60 de haut). Heureusement, c'est la seule que l'on peut attraper facilement. Je l'ai donc re-incarcéré manu-militari et j'ai réhaussé l'enclos de 50 cm. Si ça ne suffit pas, je prendrai des mesures coercitives (coupage des plumes des ailes).

Elles sont très jeunes et ne pondent pas beaucoup (j'ai récolté un seul oeuf par jour jusqu'à maintenant), mais déjà je m'interroge : à plein régime, pendant la belle-saison, elles devraient pondre chacune un oeuf par jour. Soit 3 oeufs par jour, 21 par semaine, 90 par mois...

C'est un apport culinaire et diététique non négligeable, mais à ce rythme comment vais-je écouler toute la production ?

Mes voisins (une dizaine de poules pour une famille de 5) sont déjà submergés. Ils nous donnent régulièrement des douzaines d'oeufs dont ils ne savent pas quoi faire. Aussi, avec nos poules il faut que je mette en place :

- une filière de distribution des excedents dans notre entourage;

- un régime alimentaire de la famille un peu plus orienté vers les oeufs.

J'espère qu'ainsi nous ne gaspillerons pas un seul de ces trésors !

lundi, mai 18 2009

Poulailler fait maison

Cela faisait un moment que je nous avions en projet d'accueillir quelques poules chez nous, pour nous fournir en oeufs frais.

J'ai rapidement trouvé un espace à leur consacrer, espace que j'ai cloturé avec du grillage d'un mètre cinquante de haut.

Restait la maison des poules : le poullailler.
Là je me suis rapidement rendu compte que j'avais le choix entre des poulaillers "tout fait" à des prix exhorbitants (compter 300€ pour un truc tout simple),ou bien je devais le fabriquer moi même.

Après un -très- rapide calcul de rentabilité, j'ai décidé de fabriquer moi même la chose.

Radin jusqu'au bout, je l'ai fabriqué uniquement à partir de morceaux de bois de récupération, glanés dans les environs. Le plus gros investissement ayant été une boite de vis et de la toile goudronnée pour étanchéifier le toit.

Au final il m'a couté environ 30€ et deux journées de travail (mais je suis très lent).

Les "pilotis"' sont des poutres d'épicéa, le plancher est une porte de grange découpée, les murs sont en plateaux de merisier et la toiture en lambris. Les charnières des portes sont des pneus de vélo. J'ai garni le fond de paille récupérée chez mon voisin paysans et j'y ai placé quelques poignées de tanaisie séchée qui devraient tenir éloignées les vermines.

La protection contre l'humidité n'est pas primordiale ici car il se trouve sous une large avancée de toit et il repose sur un lit de cailloux bien drainé. Seules les rares grosses pluies venteuses vont l'atteindre.

Voici le résultat :