Zavajardin

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Faune

Des animaux, petits et grands, amis ou concurrents, qui viennent peupler spontanément le zavajardin

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi, juin 19 2010

Un temps de limace !

Le printemps se termine après-demain et on peut déjà dire qu'il a été globalement pourri.
Aujourd'hui, 19 juin, il fait 11°c et il pleut.

Rien ne pousse vraiment dans le jardin. Tout stagne dans une torpeur glaciale et humide, prêt à démarrer aux première chaleurs.

Il est cependant des être vivants qui profitent de cette situation : les limaces. Cette année encore elles sont nombreuses, ne laissant aucune chance aux jeunes semis et aux plantes fraichement repiquées.

J'ai testé les méthode de lutte naturelles (cendres, coquilles d'oeufs, bière...), mais ces remèdes se sont montrés bien trop léger face à l'ampleur des attaques. Les limaces sont partout, par centaines, voir milliers, et j'ai constaté avec horreur qu'elles se déplacent aussi bien sur que dans le sol (merci le BRF!).

Elles se sont attaquées en force à mes oignons, mes salades, mes potimarrons, mes courgettes, mes tomates, mes poireaux.... bref, tout y est passé, avec des dégâts souvent létaux pour les plantes.

Aussi, à mon grand regret j'ai du épandre une grande quantité de granules ("utilisables en agriculture biologique" dit le sachet). L'attaque est ainsi contenue, mais seule un peu de chaleur permettra à mes plantes de pousser pour enfin échapper à l'ennemi. Sans cela, j'ai peur que tout soit perdu rapidement pour cette année.

Dans ces circonstance je repense à nos ancêtres, qui tirait leur subsistance de leur potagers et qui ne connaissaient ni les granulés, ni les rayons bien fournis de nos supermarchés. Ce qui est pour nous un simple désagrément, était parfois synonyme de mort pour eux. Hommage leur soit rendu.

lundi, avril 27 2009

Ennemis, mais pas trop.

Ma ciboulette est traditionnellement victime d'un grands nombres de criocères qui y pondent leurs œufs dès le printemps. Ils donnent rapidement des larves assez peu ragoutante car elles se couvrent de leurs excréments pour se protéger.

Cette année les criocères sont au rendez-vous (c'est un joli coléoptère rouge assez amusant, car il émet un cri strident quand on le dérange), ils pondent bien comme d'habitude, mais bizarrement leurs œufs disparaissent rapidement. Est-ce dû à la présence d'un prédateur dans le BRF, qui dévore leurs pontes ? Est-ce un autre facteur ? Toujours est-il que cette année, ce formidable ravageur semble contenu.

mardi, avril 7 2009

Voila de la vie !

Est-ce un hasard, le fruit de mes observations plus assidues ou -déjà- un signe d'enrichissement biologique ? Toujours est-il qu'il me semble avoir observé plus d'animaux dans mon jardin que les années précédentes. Ainsi, en quelques semaines j'ai pu observer : - une hermine qui arpente régulièrement mon arpent à la recherche de ses proies (campagnols, mulots, oisillons...) - un torcol fourmilier, assez peu commun, qui s'est délecté pendant de longues minutes des fourmis de mon potager; - une dame triton alpestre qui s'est invité dans mon « bassin » (un gros tonneau de plastique coupé en deux et enterré dans ma pelouse, avec un nénuphar et des jonc) et qui semble attendre avec patience le passage d'un mâle; - une variété étonnante d'oiseaux en tout genre que je n'observais généralement qu'en hiver durant le nourrissage.